Traduction des sciences humaines et sociales et technologies de la traduction : un mariage (im)possible ?

La fin de l’année 2022 a été riche en événements abordant, de plus ou moins près, les questions du multilinguisme et de la traduction dans la communication scientifique : les 4e Rencontres de l’édition en sciences humaines et sociales, qui se sont tenues au Campus Condorcet autour du thème de la diffusion internationale, avec un focus sur la traduction ; l’atelier La Fabrique des humanités : Traduire la pensée critique, organisé par l’Association pour la Promotion de la Traduction Littéraire (ATLAS) à Palerme ; l’événement International Encounter on Multilingualism: Language Policy and Strategies in the EU, organisé à Lisbonne par l’agence Erasmus+ portugaise ; et pour finir, le colloque Traduction technique et technicité de la traduction, qui s’est tenu à l’Université Paris Cité et dont la suite sera organisée en mars à l’Université de Genève.

Dans un paysage surprenant par la diversité des institutions et des acteurs intéressés par ces sujets, on aura certainement remarqué une attention particulière pour les sciences humaines et sociales et pour les défis de traduction spécifiques que ces disciplines posent.

Cette attention, cependant, n’est pas nouvelle : les travaux sur les pratiques et les approches traductives permettant le transfert des connaissances disciplinaires sont de plus en plus nombreux, tout comme les questionnements sur les profils d’experts qu’il est plus pertinent de mobiliser pour réaliser ce transfert1. L’impression est que ces questions soient devenues de plus en plus pressantes avec l’essor de la traduction automatique et l’arrivée sur le marché d’acteurs susceptibles de mobiliser un tel outil dans la traduction des sciences humaines et sociales, par exemple les agences de traduction, de plus en plus intéressées par ce marché potentiel2. Dans un tel contexte, aborder la question des technologies de la traduction dans les sciences humaines et sociales signifie souvent se limiter à soulever l’épineux débat sur la traduction automatique, débat dans lequel il faut vite prendre position – contraire, cela va sans dire. Or, il serait intéressant de prendre le temps d’étudier la question des technologies de la traduction de manière plus complète et d’identifier les outils technologiques qui pourraient apporter une aide pertinente aux traducteurs et traductrices spécialisés dans ces disciplines (s’agissant d’une profession très féminisée, on parlera dorénavant uniquement de « traductrices »).

En évoquant la possibilité de « traduire “à deux” voix (voire à plusieurs) » et donc d’impliquer différents profils d’experts dans la traduction des sciences humaines et sociales, Michèle Leclerc-Olive écrivait déjà en 2011 : « cette pratique de traduction “pluricéphale” peut s’appuyer aujourd’hui sur un vaste ensemble de ressources numériques et d’outils de recherche qui permettent d’enrichir notre connaissance de l’espace de débat dans lequel le texte à traduire s’inscrit »3. Sans avoir la prétention d’expliciter de manière arbitraire ce que l’autrice a voulu indiquer par l’expression « ressources numériques et outils de recherche », on peut déjà identifier, à la lumière de ce concept de « traduction pluricéphale », un aspect essentiel de la traduction des sciences humaines et sociales que les outils technologiques permettent d’optimiser : la collaboration. 

L’importance du réseau et du travail collaboratif revient à plusieurs reprises dans les publications et les colloques abordant la traduction en sciences humaines et sociales : la consultation d’autres traductrices (natives de la langue source, par exemple), des auteurs de la publication et d’autres chercheurs spécialisés apparaît comme une étape clé pour aboutir à une traduction de qualité. Il serait intéressant de savoir comment se déroulent concrètement ces échanges : par quels outils passe la communication ? Comment sont partagées les connaissances ? Comment s’articulent les différentes étapes du processus de traduction ? Pendant que des projets dédiés (comme le projet Traductions et science ouverte) essaient de répondre à ces questions parmi d’autres, des outils numériques ont déjà fait leur apparition en traduction pragmatique avec la promesse d’optimiser la communication, le partage de connaissances et le déroulement des processus de traduction entre traducteurs, réviseurs et experts. Il s’agit d’outils de traduction assistée par ordinateur (TAO) qui proposent des fonctionnalités comme les mémoires de traduction et les glossaires partagés en temps réel ou partageables par des formats interopérables, des possibilités de travail collaboratif, ainsi que des technologies de contrôle de la qualité. Cette promesse d’optimisation a-t-elle été tenue ? Comme souvent avec le numérique, la réponse se doit d’être nuancée car ces outils peuvent être bien ou mal employés. Cependant, compte tenu de leur potentiel intéressant, ces outils mériteraient d’être plus connus et sans doute utilisés parmi les traductrices des sciences humaines et sociales.

Les arguments contre l’utilisation des outils de traduction assistée en sciences humaines et sociales semblent en effet un peu légers : de la soi-disant inutilité des mémoires de traduction, car les répétitions de phrases sont rares dans ces types de publications, aux règles de segmentation du texte, qui imposeraient une contrainte artificielle à la créativité et à la fluidité de la traduction. À ces deux mêmes arguments, on pourrait par exemple répondre que la mémoire de traduction peut être librement consultée pour effectuer des recherches contextuelles ou utilisée pour faire des vérifications de contrôle qualité, et que, dans la plupart des outils de TAO, la segmentation du texte peut être ajustée comme bon semble à la traductrice. Comme Hanna Martikainen et Antonia Cristinoi Bursuc l’ont très bien expliqué lors du colloque Traduction technique et technicité de la traduction, la théorie interprétative de la traduction, ou théorie du sens4, selon laquelle le processus traduisant se compose d’une phase de compréhension du sens, une phase de déverbalisation et une phase de réexpression en langue cible, n’est pas incompatible avec la traduction outillée, bien au contraire. S’ils sont correctement employés, l’outil et les ressources numériques peuvent devenir une aide à la compréhension, à la déverbalisation et à la reformulation. Dans ses travaux sur les technologies de la traduction et la traduction littéraire, Damien Hansen semble aussi envisager un scénario dans lequel l’outil technologique et la traduction humaine seraient compatibles à condition que l’outil soit adapté à la traduction humaine, et non pas le contraire5. Le mariage entre technologies et traduction des sciences humaines et sociales semble donc possible pourvu que la traductrice reste maître du processus de traduction et que des précautions nécessaires soient prises. 

Prenons l’exemple de la terminologie. La traduction des termes et des concepts des sciences humaines et sociales exige indéniablement plus de souplesse d’interprétation par rapport aux sciences physiques et naturelles, par exemple. L’universalité montre toutes ses limites face aux réalités historiques, culturelles et politiques locales, dans lesquelles la recherche en sciences humaines et sociales est très ancrée et qui empêchent une correspondance uniforme et figée entre termes et concepts en différentes langues. Ce constat ne devrait pas amener à conclure, en revanche, que les glossaires numériques multilingues ne sont pas utiles. Au contraire, ils pourraient devenir la base d’un travail collaboratif favorisant la compréhension de concepts et la création de nouveaux termes en différentes langues, l’identification des pièges et des faux amis, ainsi que l’émergence de nouvelles pistes de réflexion et de recherche.

Un discours similaire pourrait être tenu pour le style et la phraséologie. Si dans les écrits des sciences humaines et sociales le style est un élément porteur de sens et de spécificités (notamment par rapport à la rédaction plus standardisée des sciences physiques et naturelles), il n’est pas inutile de constituer des corpus et des mémoires de traduction afin d’étudier les correspondances, les collocations récurrentes et les fréquences des mots, par exemple. Ces éléments peuvent en effet aider à analyser, à comprendre et donc à mieux restituer le style et les argumentations employés par un auteur donné, grâce à la comparaison avec les données observées dans les corpus. Par ailleurs, il ne faut pas oublier que ces ressources pourront constituer un outil de partage de connaissances, et donc de formation et d’apprentissage. 

Pour aller encore plus loin, la traduction automatique pourrait aussi être utilisée comme source de suggestions ou aide à la frappe, certes avec des précautions, mais nous reviendrons sur cet outil spécifique dans une autre publication dédiée. 

Tout cela va bien évidemment demander un effort de formation et un changement des pratiques de travail généralisés. Cependant, cet investissement pourrait générer des bénéfices à long terme pour les pratiques et le métiers de la traduction scientifique. Comme déjà évoqué, un usage plus répandu des ressources linguistiques numériques et des outils technologiques pourrait favoriser la collaboration entre les experts impliqués dans les processus de traduction (par exemple un travail collaboratif optimisé pour le binôme traductrice-chercheuse). Ces mêmes ressources et outils pourraient aussi constituer des bases de connaissances dont la qualité serait assurée par le travail des experts et dont la diffusion pourrait contribuer à une communication scientifique large dans une démarche de science ouverte. Une dernière question qui pourrait également trouver un début de réponse, sans que celle-ci soit exhaustive, est celle du modèle économique. Bien que l’utilisation de ces ressources et outils seule ne soit clairement pas suffisante pour créer un modèle économique vertueux et durable, elle pourrait constituer une optimisation capable d’attirer l’attention des décideurs et des commanditaires des traductions scientifiques, attention qui pourrait à terme se traduire en financements supplémentaires. 



Citer ce billet
Susanna Fiorini (2023, 30 janvier). Traduction des sciences humaines et sociales et technologies de la traduction : un mariage (im)possible ? Traductions et science ouverte. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vz5t

  1. Charlotte Matoussowsky, « La formation en traduction de sciences humaines », Traduire [En ligne], 241 | 2019, mis en ligne le 16 décembre 2019, consulté le 22 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/traduire/1800 ; DOI : https://doi.org/10.4000/traduire.1800 []
  2. Annabelle Allouch, Camille Noûs, « La traduction en sciences sociales, miroir des réformes de la recherche universitaire », Savoir/Agir, 2020/3 (N° 53), p. 40-54, consulté le 10 janvier 2023. URL : https://www.cairn.info/revue-savoir-agir-2020-3-page-40.htm ; DOI : https://doi.org/10.3917/sava.053.0040 []
  3. Michèle Leclerc-Olive, « Les activités d’Artess », Les Cahiers d’ARTESS. Recherche, Traduction et Edition en Sciences Sociales [En ligne – carnet de recherche], 2011, mis en ligne le 5 octobre 2011, consulté le 10 janvier 2023.  URL : https://artess.hypotheses.org/category/presentation []
  4. Lederer Marianne, « La traduction aujourd’hui. Le modèle interprétatif », 2015, Classiques Garnier, Paris []
  5. Damien Hansen, Emmanuelle Esperança-Rodier, Hervé Blanchon, Valérie Bada, « La traduction littéraire automatique : Adapter la machine à la traduction humaine individualisée », Journal of Data Mining and Digital Humanities  [En ligne], 2022, Vers une robotique du traduire, Towards robotic translation?, mis en ligne le 9 décembre 2022, consulté le 22 décembre 2022. URL : https://hal.science/hal-03583562v2 ; DOI : https://doi.org/10.46298/jdmdh.9114 []

2 réponses sur “Traduction des sciences humaines et sociales et technologies de la traduction : un mariage (im)possible ?”

  1. Merci beaucoup pour ce très bel article qui explique bien les enjeux pour les non-spécialistes, au rang desquels je me compte. J’apprécie beaucoup l’idée que la traduction de SHS repose sur la collaboration et cette notion de “traduction pluricéphale”. Si l’on ajoute que certains de ces cerveaux peuvent être non-humains et fonctionner en complémentarité avec les humains au sein de réseaux de traduction, si j’ai bien compris la dernière partie du texte, on aboutit assez facilement à une conception latourienne de la traduction linguistique. C’est vraiment intéressant.

    1. Merci beaucoup Pierre !
      Il faudrait profiter de l’intérêt que les technologies de la traduction, et notamment la traduction automatique neuronale, suscitent pour montrer à toutes les parties intéressées, y compris aux non spécialistes des processus de traduction, ce qu’il est possible de faire avec et grâce à ces outils et à la traduction en général.
      La traduction ne se limite pas à une transposition d’une langue X à une langue Y, la traduction est génératrice de savoir et les outils technologiques peuvent être mobilisés dans ce sens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search