La plateforme GoTriple : un outil de support à la traduction scientifique

Du 1er au 3 février 2023, s’est tenu à Bonn le colloque de clôture du projet TRIPLE, financé dans le cadre du programme européen Horizon 2020 afin de développer une plateforme de découverte multilingue et multiculturelle pour les sciences humaines et sociales. Réunissant 21 partenaires de 13 pays européens et coordonné par le CNRS, le projet TRIPLE touche donc à sa fin et la plateforme de découverte GoTriple est désormais disponible en ligne.

Nous avons testé GoTriple afin d’avoir une idée de l’aide que la plateforme peut apporter aux traducteurs scientifiques et donc au multilinguisme dans la communication savante. L’objectif de cet article est de présenter quelques cas d’usage liés à la traduction et d’identifier les synergies possibles entre le projet TRIPLE et le projet Traductions et science ouverte.

Une plateforme de découverte multilingue et multiculturelle : à quoi sert-elle ?

Inspirée par le moteur de recherche Isidore développé par l’infrastructure de recherche Huma-Num au CNRS, la plateforme GoTriple constitue un point d’accès unique et centralisé permettant à tous les profils d’utilisateurs (universitaires et non) de découvrir et d’exploiter des ressources scientifiques ouvertes et multilingues, relevant des sciences humaines et sociales. La recherche peut être effectuée en plusieurs langues, parmi lesquelles (sans que la liste soit exhaustive) les onze langues officielles de la plateforme : allemand, anglais, croate, espagnol, français, grec, italien, polonais, portugais, slovène et ukrainien. Les résultats multilingues restitués sont agrégés à partir de plusieurs référentiels scientifiques nationaux et disciplinaires. GoTriple offre par ailleurs un ensemble d’outils et services innovants, tels que des filtres avancés et des recommandations de contenus sur la base des recherches effectuées, des fonctionnalités d’annotation des publications et de visualisation des résultats de recherche, ainsi que des possibilités de mise en relation avec des pairs et des partenaires. 

Les objectifs de la plateforme sont nombreux et ambitieux : améliorer la visibilité et la découvrabilité des publications en sciences humaines et sociales au sein de la communauté scientifique et au-delà, favoriser des collaborations scientifiques interdisciplinaires ou à grande échelle, promouvoir la diversité linguistique et culturelle en Europe, ou encore augmenter l’impact économique et social de la recherche en SHS. Les usages que l’on peut faire de la plateforme sont aussi multiples et inattendus ; cet article se concentre sur un usage en particulier, celui d’outil de support à la traduction scientifique.

La plateforme GoTriple et la traduction scientifique : quelques considérations et cas d’usage

Si les pratiques de la traduction scientifique n’auront sans doute pas été au centre des réflexions ayant orienté la conception de la plateforme, les possibilités d’usage de GoTriple apparaîtront probablement évidentes aux spécialistes de la langue. De la constitution de corpus disciplinaires, monolingues ou multilingues, à l’utilisation des vocabulaires mis à disposition, un traducteur ou un chercheur ayant affaire avec des activités de traduction trouveront de quoi s’amuser dans la plateforme. Cet article ne propose que quelques pistes d’utilisation, dont la liste, loin d’être exhaustive, n’attend que d’être alimentée de manière collaborative dans les mois à venir.

1. Extraction terminologique à partir des vocabulaires disciplinaires

L’un des objectifs du projet TRIPLE a été de créer et d’exploiter des vocabulaires contrôlés, multilingues et spécialisés dans les sciences humaines et sociales, afin d’assurer une correcte indexation et annotation des contenus, ainsi que leur découvrabilité lors de la navigation et des recherches dans la plateforme GoTriple. Ces vocabulaires sont aujourd’hui librement téléchargeables au format CSV, entre autres, et peuvent donc être facilement nettoyés, peaufinés selon les besoins et éventuellement convertis au format interopérable TBX afin d’être importés dans les outils de traduction assistée par ordinateur. 

Le téléchargement s’effectue à partir de ce lien vers la plateforme Semantics, qui contient d’autres ressources lexicales ouvertes potentiellement intéressantes. Il convient de signaler que les vocabulaires multilingues TRIPLE sont issus d’un travail outillé et collaboratif, réalisé à partir d’une traduction automatique des concepts, relue et validée par des experts. Des points d’amélioration seront sans doute à identifier, mais une base de 3 375 termes traduits en plusieurs langues demeure une ressource de départ non négligeable, surtout pour des profils qui cherchent à se former et à se spécialiser dans la traduction scientifique, et notamment des sciences humaines et sociales.

2. Recherche de références et constitution de corpus

GoTriple est une plateforme de découverte des sciences humaines et sociales, qui permet d’effectuer des recherches multilingues et donc de trouver des publications dans une langue donnée en utilisant des mots-clés dans une des langues supportées. Cela veut dire qu’en cherchant un terme en espagnol, il est possible de trouver des publications contenant ce même terme non seulement dans la langue de la recherche, mais aussi dans d’autres langues. S’il peut paraître anodin d’expliquer à un spécialiste de la traduction quelle utilité peut avoir une telle fonctionnalité, il semble néanmoins intéressant de présenter ici quelques cas d’usage afin de faire connaître les méthodes et les pratiques de travail à des non-spécialistes, à des étudiants ou à des experts disciplinaires souhaitant s’investir dans des travaux de traduction, parmi d’autres. 

Imaginons, par exemple, de traduire vers le français une publication rédigée en anglais, portant sur les études urbaines et plus précisément sur le sujet de l’urban commuting. En faisant une recherche de cette expression dans GoTriple, on obtient 765 résultats pouvant être filtrés par discipline, type de publication, plateforme de diffusion ou éditeur, politique d’accès, licence et, encore plus intéressant, par langue. En effet, après avoir fait une recherche du terme urban commuting en anglais, il est possible de filtrer les résultats et de voir en priorité les publications contenant du texte en français, c’est-à-dire la langue cible de la traduction de notre cas d’usage. De cette manière, on repère facilement toute publication susceptible de contenir de la terminologie spécialisée en langue cible et donc d’être ajoutée au corpus de référence du traducteur : par exemple, une thèse soutenue à l’Université Paris-Est, un article paru en 1998 accessible aujourd’hui sur Persée, ou encore une publication archivée dans le Dépôt Institutionnel de l’Académie Louvain.

Constitués en amont du travail de traduction ou en cours de route, les corpus sont des outils largement répandus parmi les traducteurs, comme en témoigne l’étude des cas d’usage menée dans le cadre du projet Traductions et science ouverte. Afin d’étudier la terminologie et la phraséologie du domaine, les traducteurs cherchent en effet des textes spécialisés, ils les collectent et constituent des corpus, qui seront consultés comme outil de référence et validation tout le long du processus de traduction. Quel est l’apport de GoTriple par rapport à d’autres outils conventionnels, tels que Linguee ou tout simplement un moteur de recherche classique ? La plateforme propose uniquement des contenus scientifiques, issus de fournisseurs et d’agrégateurs spécialisés (à l’heure actuelle Isidore, DOAJ, OpenAIRE, BASE, EconStor, OpenEdition, CESSDA, Clarin, Biblioteka Nauki, ZRC SAZU, EKT, Université de Coimbra), ce qui constitue un premier filtre dans la vague d’informations et données peu fiables disponibles sur le Web. Par ailleurs, GoTriple moissonne et indexe des ressources ouvertes, très précieuses pour les traducteurs qui n’ont pas d’affiliation académique et qui donc n’ont pas accès aux contenus soumis à abonnement (problématique soulevée à plusieurs reprises dans le cadre des entretiens et des ateliers du projet Traductions et science ouverte). Pour finir, GoTriple propose des fonctionnalités permettant de remonter facilement aux publications du même auteur, sur le même sujet, ou encore contenant des citations du document consulté, ce qui donne la possibilité de trouver d’autres contenus potentiellement intéressants à ajouter au corpus de référence. La knowledge map permet par ailleurs d’afficher un aperçu visuel des principales thématiques et des 100 publications les plus pertinentes par rapport à la recherche effectuée.

Dans un contexte de recherche de plus en plus internationalisé, la plateforme GoTriple offre également l’occasion de revenir à un modèle de traduction multilingue, dépassant ainsi le bilinguisme artificiel qui impose souvent l’anglais comme langue pivot et qui n’est, en réalité, qu’un héritage de l’ingénierie linguistique. Comme le fait remarquer Philippe Lacour, porteur du projet TraduXio, les traducteurs exploitent souvent d’autres connaissances linguistiques que celles de la langue source et de la langue cible de la traduction sur laquelle ils travaillent, car en général ils maîtrisent plusieurs langues. Grâce à la plateforme GoTriple, il est possible de trouver des termes proches ou équivalents en plusieurs langues, ce qui est particulièrement intéressant dans la traduction des sciences humaines et sociales, dans lesquelles le rôle de la langue anglaise est moins central que dans les sciences physiques, médicales ou naturelles. Si on revient à notre recherche initiale de urban commuting, par exemple, il est possible d’observer sur GoTriple le terme portugais movimento pendular, qui peut aider le traducteur dans ses recherches de l’expression française « mobilité pendulaire dans l’aire urbaine ». Par ailleurs, les mots-clés associés à la publication en question et issus des vocabulaires contrôlés de GoTriple peuvent être récupérés et ajoutés à des glossaires personnels ou partagés.

3. Collaboration et interdisciplinarité 

Une autre ambition de la plateforme GoTriple est d’instaurer une dynamique collaborative et interdisciplinaire au sein de la communauté scientifique mais aussi entre celle-ci et la société, afin de valoriser davantage la recherche en SHS ainsi que son impact économique et social. Cette dynamique pourrait bénéficier non seulement aux activités de recherche à proprement parler, mais aussi aux activités connexes, dont la traduction scientifique. En effet, les besoins de mise en relation, collaboration et valorisation ont été largement évoqués par les acteurs impliqués dans les processus de traduction scientifique. GoTriple pourrait aider à répondre à ces besoins grâce à ses fonctionnalités, telles que la création de comptes et de profils utilisateurs, l’attribution des publications aux auteurs (et pourquoi pas l’attribution des traductions aux traducteurs ?), la messagerie et les possibilités de mise en relation avec des experts disciplinaires (et pourquoi pas des experts linguistiques ?), le système d’annotation des publications, etc. Dans un tel scénario, un éditeur ou un auteur souhaitant faire traduire ou réviser la traduction d’une publication pourrait avoir accès à un répertoire de profils spécialisés, dont on pourrait connaître en un clic l’expertise et les projets réalisés. De la même manière, un traducteur ayant besoin de solliciter un avis dans le cadre de sa traduction pourrait facilement travailler avec des experts disciplinaires, grâce à la messagerie, aux fonctionnalités d’annotation et, pourquoi pas à l’avenir, une intégration avec des environnements de traduction assistée par ordinateur, collaboratifs et open source. Sans entrer dans une logique de plateformisation qui oublie l’importance de la composante humaine, GoTriple constitue donc une opportunité d’optimisation des processus de traduction et de partage des connaissances linguistiques et disciplinaires, qui mérite d’être saisie. 

Pistes d’amélioration de la plateforme GoTriple pour un usage en traduction scientifique

Si la plateforme GoTriple a été pensée dès le départ pour répondre à des besoins variés, l’usage en traduction scientifique, aussi inattendu qu’il puisse paraître à des non-spécialistes, se présente comme une évidence. Certaines améliorations seraient toutefois souhaitables afin de rendre la plateforme un outil encore plus efficace pour les traducteurs scientifiques.

En ce qui concerne les fonctionnalités de recherche, la première limite constatée est que le moissonnage et l’indexation des contenus se font uniquement sur les métadonnées des publications, donc sur les mots-clés, les titres et les résumés, et non pas sur les textes intégraux, ce qui restreint significativement les résultats de la recherche. Par ailleurs, dans le cas d’expressions composées de plusieurs mots, le moteur recherche les mots individuellement au lieu de l’expression dans son intégralité. Même s’ils n’empêchent pas de dénicher des ressources intéressantes, ces deux points pourraient être améliorés afin de répondre encore mieux aux besoins et aux pratiques des traducteurs scientifiques. 

Un aspect qu’il faudrait rectifier au plus vite, en revanche, est le signalement des textes traduits automatiquement. Certains titres et résumés ont fait l’objet d’une traduction automatique en anglais, ce qui certes augmente la découvrabilité des publications en question mais la mention indiquant la nature automatique de la traduction devrait être clairement visible ; or, cette information n’est pas très accessible aujourd’hui, puisqu’elle est disponible uniquement dans l’export JSON (dans la page de la publication, il faut cliquer sur Export, sélectionner le format JSON et vérifier si la valeur de l’attribut “translated” d’une langue donnée correspond à “true” : dans ce cas, il s’agit d’une traduction automatique). D’après les dernières informations que nous avons eues, une amélioration allant dans ce sens devrait être mise en production bientôt.

Pour finir, il serait intéressant d’ajouter la catégorie Language Expert dans les profils d’utilisateurs disponibles, afin que la plateforme puisse devenir un véritable lieu d’échange et de visibilité pour les métiers de la traduction scientifique et les acteurs impliqués. 

Conclusions

La plateforme GoTriple constitue une solution certes encore jeune et perfectible, mais qui a tous les atouts pour devenir un outil de traduction essentiel et pour aider à dépasser le cloisonnement entre acteurs, compétences et ressources mobilisés dans les processus de traduction de la science ouverte et multilingue. En espérant la voir bientôt enrichie de nouvelles fonctionnalités et publications, nous souhaitons un bel avenir à la plateforme GoTriple !

NOTE : La version anglaise de cet article The GoTriple platform as a tool to support scientific translation est disponible sur le blog d’OPERAS :
https://operas.hypotheses.org/6095
La traduction a été réalisée par l’autrice à l’aide de technologies de la traduction (utilisation interactive de la traduction automatique au sein d’un environnement de traduction assistée).



Citer ce billet
Susanna Fiorini (2023, 2 mars). La plateforme GoTriple : un outil de support à la traduction scientifique. Traductions et science ouverte. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vz5u

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search